Qui étaient les signataires du « vœu de Champagney » ?

Logo réalisé par B.Teste
Cette étude généalogique des signataires du
« vœu de Champagney » fait suite à la conférence de Michèle Pernot intitulée « L’esclavage dans les cahiers de doléances de 1789. L’histoire du vœu de Champagney et ses prolongements. » à l’atelier de généalogie de la médiathèque d’Arcueil (Val de Marne). En 2017, à Arcueil, le thème retenu pour la commémoration de l’abolition de l’esclavage est « Le vœu de Champagney ». Nous interrogeant sur l’histoire de ces villageois de Franche-Comté qui signèrent le cahier de doléances le 19 mars 1789, nous avons cherché à identifier ces hommes.
Nous pensons avoir réussi. Notre démarche a été de comparer les signatures du cahier de doléances avec celles des actes paroissiaux et d’état-civil de la commune de Champagney (Haute-Saône) accessibles sur le site des Archives départementales de la Haute-Saône. Nous avons ainsi rectifié cinq noms faussement attribués à des champagnerots dans la liste alphabétique publiée par la Maison de la Négritude et des Droits de l’Homme de Champagney. Aucun de ces cinq noms figurant sur cette liste ne correspond à des noms d’habitants de Champagney ou même des alentours (Ronchamp, Plancher Bas). Il s’agit de Jean-Baptiste Pocner (ou Pocquener) au lieu de J.B Pociver, Joseph Guichard au lieu de Joseph Guillard, Pierre-Antoine Renaud au lieu de P.A Venand, Jean-Claude Burcey au lieu de J Deburez et Pierre-Antoine Delacour au lieu de P.A Delan. La généalogie de chacun des 68 signataires a permis de préciser leur profession et leurs liens de parenté. La municipalité de Champagney en créant en 1971 la Maison de la Négritude et des Droits de l’Homme continue d’honorer la mémoire de ces hommes qui demandèrent l’abolition de l’esclavage il y a plus de 200 ans. Nous vous invitons à les découvrir à travers une approche généalogique.
Lire le dossier sur le "vœu de Champagney"